Archéologie: la palais des Tarquins mis au jour

Publié le

Le palais royal des Tarquins a été retrouvé dans la parc archéologique de Gabies, à 20km au sud de Rome . Cette grande découverte a été annoncée par la surintendance aux biens archéologiques de Rome en FÉVRIER 2010.


Le palais a été découvert sur l’ancienne acropole de Gabies. L’archéologue Marco Fabbri estime que le palais , enterré, est quasiment intact. « Les murs excavés sont les plus hauts jamais découverts de cette période archaïque , 2 mètres. Le toit a été démantelé puis la construction emplie de terre, ce qui a permis la conservation des dalles du sol et des murs » Les archéologues espèrent même réussir à reconstituer le toit en tuiles de la « regia ».


Quelques points de repère.

Plus puissante que Rome, Gabii était un centre de pouvoir. Elle aurait été fondée par Albe- La –Longue, à l’emplacement d’un cratère volcanique  éteint.

gabies-plan.jpg

En même temps lieu de culte, de commerce et lieu politique, la ville  se trouvait à la croisée des chemins de commerce  Est-Ouest, sur la voie Gabinienne, qui, de Rome, menait à Préneste puis aux APENNINS.

Plutarque affirme que Remus et Romulus y ont  fait leurs études.


La puissance de Gabii aurait causé sa perte.  Rome  grandissait  et  décida de sa fin . Tarquin le Superbe y envoya  son fils   qui , prétextant être en danger, s’y installa et  infiltra les élites locales, avant de les trahir et de remettre la ville à son père. 

La cité  a été détruite subitement au VI ème siècle avant notre ère, lorsque les Tarquins furent chassés du pouvoir.

 

Les découvertes  précédentes

En 1792,  on y a  découvert  une statue dressée  de Diane, supposée de PRAXITELE, que l’on peut voir au LOUVRE               

 140px-Artemis_Gabii_Louvre_Ma529_n1.jpgsource: photos WIKIMEDIA/WIKIPEDIA

 

 

A Préneste, ville très proche,   a été     retrouvée en 1887,  la fibule  en or sur laquelle  on peut lire l’inscription la plus ancienne en langue latine, datée du VII siècle avant JC (mais on doute  de son authenticité ???)  

 

fibule de prenestre

 

 


 Enfin,  dès 1956, les fouilles  ont  mis au jour   les traces d’un temple du 3ème siècle avant JC, et deux dédicaces à «  FORTUNA »

 gabies.jpg

  SOURCE: rome-en-images.com

Le palais des Tarquins

Le palais    est  daté du VIe siècle avant notre ère.
Les Tarquins, famille  d’origine étrusque,  furent  les rois de Rome de  616 à  509 avant J.-C. Selon Tite-Live ,

D’après la légende,  Sextus Tarquinius,  le fils de Tarquin le Superbe  avait violenté Lucrèce, épouse d’un haut-dignitaire romain, reconnue pour sa beauté et sa vertu. Elle demanda à son mari, Collatinus, cousin des Tarquins,  et  à son père, de venger son honneur puis elle mit fin à ses jours. Les deux hommes firent appel à LUCIUS JUNIUS BRUTUS ,  qui ameuta la population. Il chassa  Tarquin le Superbe, le condamna à l’exil : la Monarchie  fut  abolie et    la République instaurée.

Tarquin Tarquinius aurait été tué à Gabies, où il s’était réfugié. 


 

BRUTUS  devint  l’un des  deux premiers consuls de Rome.  Cela se passait en - 509

.                       

 

 

 

 

 

Les fouilles plus en détail
Les fouilles ont dégagé trois salles et huit cellules  contenant les restes de 5 enfants nouveau-nés.

palais-de-tarquin.jpg

 

SOURCE: photo presse  ch.novopress


Un fragment du toit  en terre cuite   a aussi été retrouvé, représentant le Minotaure, un des emblèmes des Tarquins.

Les ruines datent bien, selon les premières estimations des chercheurs,  de la période archaïque  royale  des derniers Tarquins, en Italie Centrale.

La découverte, en elle-même, est fantastique .Pour les historiens, les événements de cette période étaient fortement romancés. Voilà qui   donne un peu plus de réalité à une période presque légendaire. En outre, le potentiel de Gabies est énorme. C’était l’une des villes les plus étendues et elle n’est pas recouverte   aujourd’hui de constructions plus tardives. Les archéologues estiment avoir dégagé à peine 10% du site.

Le printemps sera   fructueux !

 

 

Publié dans ARCHEOLOGIE

Commenter cet article