les Poilus! pas même un poil de trop!

Publié le

4907152918_6ba27c3be6.jpg

 

Dans quelques jours aura lieu la commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918, signé dans la forêt de Rethondes près de Compiègne, épilogue d'une effroyable boucherie qui aura duré 4 ans,la Grande Guerre, la Der des Der... Nos soldats sont affublés du surnom de Poilus, souvent avec une pointe d'affection pour  ces hommes qui offrent leur vie, souvent  sacrifiée d'ailleurs parce que l'Etat-Major est incompétent.. Ils sont sales et hirsutes, chevelus peut-être , couverts de vermine et de poux certainement ,  mais ce n'est pas la raison de ce surnom. L'étymologie traditionnellement  avancée est pittoresque, mais fausse....

Dans le langage familier ou argotique , le mot désigne quelqu'un de courageux, de viril

( « un brave à trois poils »,chez Molière ).

Le  mot Poilu  est un terme plus ancien que la Grande Guerre :  il désignait dans les casernes, l’homme d’attaque qui n’a pas froid aux yeux,  voire l’individu, l’homme.

Depuis 1914, le terme « poilu » désigne pour le civil « le soldat combattant » qui défend notre sol, par opposition à « l’embusqué ».

 La tradition  prétend que le surnom fut donné pendant la Grande Guerre, du fait des conditions de vie difficiles des soldats dans les tranchées . Ils laissaient pousser la barbe  et les moustaches, leurs cheveux sales n’étaient plus coupés . Pittoresque mais insensée!  En effet, il est certain que dès l’apparition des gaz de combat, en 1915, à Ypres,  les soldats eurent tout intérêt à redevenir imberbes, afin que les masque adhèrent  à la peau  du visage pour protéger au mieux..

Le terme « Poilus »  n’était d’ailleurs jamais utilisé par les journaux de l’époque  tous soumis à la censure.


Un petit plus:


En France, le 11 novembre, les « Poilus »sont honorés  sous le surnom de  « Bleuets » (la couleur bleu horizon de l'uniforme des poilus).

En Grande-Bretagne et dans les pays du Commonwealth, la commémoration se nomme le « Poppy Day », , «  le jour du coquelicot »  , fleur qui poussait souvent  aux abords des tranchées.


Le dernier "Poilu" , Lazare Ponticelli est mort  le 12 mars 2008 à l'âge de 110 ans.

Issu d'une famille de travailleurs immigrés italiens,  il avait refusé dans un premier temps  - l'hommage de la Nation, puis accepté ensuite en mémoire de tous ses camarades « à qui il avait promis de ne jamais les oublier ».

Le 17 mars 2008, les obsèques eurent lieu  à Ivry-sur-Seine , en présence de Nicolas Sarkozy : L’hommage fut national car toutes les églises sonnèrent   en même temps le glas, pendant qu’une minute de silence se faisait dans toutes les mairies de France et devant les monuments aux  Morts .

Jacques Chirac avait proposé que le dernier des "poilus" français serait inhumé au côté du « Soldat inconnu » dans la crypte sous l'Arc de triomphe de Paris, mais Monsieur Ponticelli avait  refusé , préférant le  caveau familial.

 

Publié dans ETYMOLOGIE

Commenter cet article