langue française: tailler une bavette

Publié le

MIG-le-pied-de-nez-du-boxeur

le pied du boxeur MIG

l'art au singulier

 

Aux XVe et XVIe siècle, le mot 'bave', d'où vient 'bavette', désigne  le babil des petits  et puis , par extension,  le  bavardage des    adultes. Plus tard, on l’associe à la  salive, en référence à ces  postillons malencontreux qui  aspergent  le malheureux interlocuteur

 Parallèlement, depuis le XIIIe siècle, on disait "tailler bien la parole à quelqu'un" pour dire "parler à quelqu'un avec art »  . Il faut prendre ce verbe dans le sens de « sculpter, travailler  la parole prononcée ».

Au XVII ème siècle, l’expression «  tailler des bavettes » était ironique. «  Tailler » perdait sa noblesse pour signifier  par antithèse  et  de manière péjorative  «  caqueter », « débiter des futilités », «  jacasser ».

Au  XIXe siècle  du pluriel, on passe au singulier (Vidocq utilise tailler une bavette en 1828) et  progressivement, le sens péjoratif s'atténue.

Publié dans LANGUE FRANCAISE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article