la fondation de Rome, le 21 avril -753

Publié le

MYTHOLOGIE la généalogie de Remus et Romum

 


  fondation5-copie-1.gif

 

Selon la légende, Rome est  fondée par Romulus et Rémus , des frères jumeaux, nourris par une louve, sur le TIBRE,  près  du PALATIN,  le 21 AVRIL – 753 .

 

 

La légende 


C'est à partir de cette date ‘ fictive’ que les Romains comptaient les années  « ab urbe condita »

 

Petits rappels


ENEE ,   prince troyen survivant du massacre de Troie, s’est  installé dans le Latium au terme d’une longue errance sur la Méditerranée. Nous sommes alors vers  - 1180.

 Son fils IULE ASCAGNE  fonde  ALBE-LA-LONGUE 

enee


Un  de ses lointains descendants ( vers – 800) ,  Proca ,  eut  deux fils : NUMITOR et AMULIUS.


À la mort de leur père, l’héritage fut partagé  : l'aîné, Numitor, obtient le trône, et Amulius, les biens matériels.
Amulius  détrône son frère ,  tue tous  ses neveux   et  fait de sa nièce, RHEA SILVIA , une   prêtresse vouée à Vesta , obligée de rester chaste . Les Vestales qui rompaient leurs obligations  de virginité étaient condamnées à être emmurées vivantes.


Le dieu MARS  tombe fou amoureux de la jeune fille qui accouche de jumeaux : ROMULUS  et REMUS . Amulius fait alors emmurer la Vestale  et  fait jeter les enfants dans le Tibre.


Mais ils sont   recueillis par une louve qui les cache  dans la grotte du LUPERCAL , au pied du PALATIN.

Par la suite, le berger  Faustulus recueille  les jumeaux au pied du  FICUS RUMINALIS , figuier  sauvage, situé à l’entrée de la grotte et les éleve, en compagnie de son épouse ACCA LAURENTIA .

 

 

 

 

 

Etymologie

ACCA LAURENTIA aurait été une prostituée que les bergers des environs auraient surnommée lupa (« la louve ) 

Le Ficus Ruminalis aurait  consacré à la déesse RUMINA  qui présidait à l’ ALLAITEMENT ( Rumen désigne la « mamelle »).


 

La fondation légendaire

 


La dispute des frères

Les deux  frères  rétablissent leur grand-père Numitor dans ses droits de roi et chassent Amulius. Se sachant princes  héritiers d’une dynastie régnante, ils décident de fonder une ville sur le lieu même où la louve les avait trouvés puis nourris. Ils se postent sur le Palatin puis observent le ciel en vue d’y prendre les augures.

Rémus fut le premier à voir six vautours   . Aussitôt après, Romulus voit douze vautours. Rémus avait donc pour lui la primauté en temps , alors que Romulus avait le nombre le plus important.

Les dieux ne se prononçant pas, ce fut aux hommes de prendre une décision Romulus fut désigné

Les gestes de Romulus

Romulus   trace le poemorium  , sillon sacré délimitant la ville  . Il soulève l'araire pour ménager des portes – verbe portare - .

Son frère Rémus, pour provoquer celui qui était désormais son rival, son ennemi , franchit  cette ligne  symbolique. Aussitôt ROMULUS le tue «  Insociabile regnum (« Le pouvoir ne se partage pas » 

Ce rite fondateur est suivi de divers événements qui mettent en place  progressivement le premier peuple   de Rome , l’ enlèvement des Sabines  notamment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'archéologie


Le site  de Rome a été occupé dès le X ème siècle. C’est un ensemble de villages de bergers , répartis sur  7 collines . 


 

 

 

Les vestiges au temps de la République romaine

Au  Ier siècle av. J.-C., on vénérait encore  sur le Palatin la casa Romuli, une cabane au toit de chaume et aux murs de torchis, où le berger FAUSTULUS  aurait élevé  les enfants Romulus et Rémus,

 

Les premières découvertes archéologiques datent du début du XX ème s. 


Quelques vestiges trouvés entre le TIBRE  et le « FORUM BOARIUM  » attestent une présence discontinue  vers le IIe millénaire av. J.-C.

Les datations réalisées sur des vestiges attestent  d’une occupation continue  postèrieure s’échelonnant du X ème s  au VII ème s avant JC.

*sur le Germal (sommet ouest du PALATIN), on découvrit en 1907 des fonds de cabanes  : sols creusés dans le tuf de la colline, trous de poteaux, traces de foyer , des céramiques

 

 

 

 

*Sur le Palatual (sommet est du Palatin), d’autres fonds de cabanes .

fondation-de-rome2.jpg

 

Entre les deux habitats , sans doute ce qui était une nécropole , déduite  de la présence d’une tombe à urne d'incinération.

En 1902-1903, on trouva 41 tombes  : des puits funéraires de tombes à incinération, des fosses d’inhumation avec des mobiliers variés,  des vases proto-corinthiens du VII ème siècle.

*Sur le QUIRINAL  , 5 tombes, les unes à incinération, les autres à inhumation

* Sur l'ESQUILIN  , 86 tombes, toutes à inhumation, sauf quatre à incinération. Ces tombes contenaient un riche mobilier d’époques différentes  : des armes, des casques, des boucliers , un char de combat.

 



Reconstitution

Les premiers habitants de Rome habitaient  dans des  huttes de torchis représentées par  des urnes funéraires en forme de cabanes rondes trouvées dans le forum.

C’était des paysans-bergers

 

 

fondation-de-rome4-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

INHUMATION OU INCINERATION ? une première erreur.

Les Latins étant  un peuple italique d’origine indo-européenne , ils pratiquaient l’ incinération, tandis que les peuples méditerranéens préféraient  l’inhumation.  On croyait que les tombes à incinération étaient latines . Les recherches archéologiques exhument les deux types de pratiques sur le site.

 

fondation-de-rome3-copie-1.jpg

Au moment des premières découvertes ,le cimetière du forum ,  où l’on trouva des tombes à incinération,  fut attribué aux Latins,  ainsi que les cabanes du Palatin et de la Velia et  la nécropole de l'Esquilin aux Sabins .

Les deux villages du Palatin, apparemment les plus anciens, se seraient alliés puis  élargis ensuite à sept villages pour créer le SEPTIMONTIUM 

 

fondation-de-rome1-copie-2.jpg

 


De nos jours, les archéologues sont moins catégoriques . En fait, inhumation ou incinération témoignent de choix personnels ou  sociaux sans qu'il y ait une répartition culturelle définie.

 

 

La recherche archéologique  en 1950

À partir de 1948, de nouvelles fouilles archéologiques à Rome  dans le LATIUM  apportent un nouvel éclairage sur l’origine de Rome. En voici l’interprétation :

-  La première phase se place au à la fin de l'âge du bronze  et au début de l’âge du fer. Les Latins pratiquent l’incinération, recueillent les restes dans des vases ou des urnes funéraires en forme de cabane , puis réunissent dans une jarre (dolium ) l’urne, des reproductions en miniature de mobilier ou d’objets usuels en bronze ou en terre cuite, parfois les restes du repas funéraire. On enterre ensuite cette dolium dans un puits funéraire. Ce procédé  est aussi pratiqué à la même période en ETRURIE  (tombe a ziro).

-  La seconde phase va du début du IX ème s . au début VIII ème s. . De nouveaux types de vases, des  fibules démontrent des contacts avec l’Étrurie et la CAMPANIE . La pratique de l’incinération recule au profit de l’inhumation.

-  La troisième phase , au milieu du VIII ème s.

Un  mobilier très varié, riche parfois,  différencie les classes sociales. On trouve des céramiques d’importation grecque ou locale.

-  La quatrième phase, dite orientalisante, va de la fin du VIII ème siècle . au début du VI ème s. On découvre des tombes riches: sans doute l'émergence d'une aristocratie marchande : le commerce avec la Grèce s'est affirmé ce qui laisse supposer un apport de richesses.

  Le plus ancien document écrit connu, la fibule de PRENESTE  portant en caractères grecs le nom de Numasios , datée d’environ - 675, est de cette phase.


fibule de prenestre

C’est également à cette période que l’on rattache les premières murailles découvertes au pied du Palatin en 1987, peut-être un vestige du pomoerium.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’archéologie actuelle

 Elle confirme la présence de hameaux dispersés sur les diverses collines de Rome dès le Xème s , avec un influence culturelle  étrusque  (urnes cinéraires inhumées dans des tombes à puits).



Le forum romanum n’est plus un cimetière et commence à être habité. Les sépultures sont repoussées vers l'Esquilin. Ces tombes de guerriers n’ont pas le luxe d’autres tombes latines de la même époque.


Au VIIe siècle av. J.-C., le forum romanum devient un espace public, avec l’aménagement d’un sol empierré.

 

 

Le rituel de fondation pratiqué par Romulus rappelle celui des   Etrusques.

Les Etrusques  délimitaient  la cité par un sillon primordial, le suclus primigenius, sillon  ouvrant le sol et symboliquement  infranchissable car sous l’influence des dieux infernaux. Il marque  l'enceinte sacrée, le POMOERIUM .

  • Ils orientaient  la ville selon les axes cardinaux -cardo, Nord-Sud et decumanus, Est-Ouest - , matérialisant  par quatre portes leur intersection avec le tracé du sillon sacré .  
  • Ils mettaient l’espace sous la protection  des dieux « d’en haut », en  élevant  un temple sur un point élevé de la fondation, de façon que la plus grande superficie de la cité  vue .
  • Ils creusaient   une fosse circulaire appelée mundus  recevant des offrandes pour les divinités « d’en bas »

Quatre portes très anciennes étaient connues  par les Romains de l’époque classique. Elles  bordaient le forum romanum mais il n’y en a pas de traces archéologiques :

  • au nord, la porte de JANUS
  • au sud, la porte Romaine
  • à l’est, la « poutre de la sœur »: HORACE  qui avait tué sa soeur   serait entré dans la ville par cette porte
  • à l’ouest, la Porta Pandana, de mauvais augure, érigée sur la pente du CAPITOLE afin que nul ne la franchisse.

 

L’interprétation de PIERRE GRIMAL sur le site de Rome

Selon Pierre Grimal, ces portes sont les vestiges du rite de fondation.

Le decumanus  est devenue  à Rome  la VIA SACRA , tandis que le cardo est la rue de  l’ARGILETUM au nord et le Vicus Tuscus au sud.

La position haute  du temple du CAPITOLE  met la ville sous la protection du  temple de la triade protectrice Jupiter, Junon, Minerve.

 Ces observations confirment  le respect du rite de fondation étrusque , narré par la tradition,  mais contredisent son lieu : le tracé fondateur déduit de ces quatre portes encadre  le forum et non le PALATIN .


Historicité de Romulus

Les recherches conduites par Andrea Carandini ont dégagé  en 1985 quatre murailles successives pouvant être datées respectivement des années -720 à -550

Carandini a  trouvé  des restes incontestables d'une muraille  au VIIIe siècle  autour du Palatin

L’archéologie renvoie selon lui aujourd’hui  à un événement historique et à un personnage, Romulus ??, dont la mémoire a été conservée et mythifiée .

On peut estimer que le rite de fondation a bien été exécuté, mais à l’époque où la vallée située entre le Palatin et le Capitole, le forum,  commençait à être peuplée.

 

 

 

 

CONCLUSION

Quels sont les auteurs de cette fondation ? Les Romains des origines ou  les Étrusques ? Pierre Grimal pense que Rome est une colonie étrusque, sur un site déjà habité et selon les rites attribués à Romulus.

 Les historiens modernes s’accordent pour considérer que les rois ETRUSQUES , occupant le Latium,  vont faire de Rome une  ville vers -600 avant JC,   la dotant d'une muraille,  aménageant le forum  et  bâtissant le sanctuaire du Capitole  (protection , politique, culte)

Les Romains dans ce cas auraient « romanisé » la fondation de leur ville en l’attribuant à l’un des leurs.

 

fondation-de-rome6.jpg

Ce qui apparaît indubitablement est que la formation de Rome est  marquée principalement  vers -730  par  la fondation d'une enceinte urbaine alors que le Palatin est déjà occupé  , et  l'aménagement du forum vers cette époque  .

 


 

Publié dans Civilisation romaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article