CIVILISATION ROMAINE: le mois de JUILLET

Publié le

 

JUILLET

Avant Jules César, l'année romaine commençait le  1er mars ;  JUILLET  occupait ainsi  le cinquième rang  et s’ appelait quintilis (cinquième)

L'année même de la mort de Jules César, 44 ans avant Jésus-Christ, Marc-Antoine, en son honneur , fit remplacer le nom de quintilis par celui de julius (Jules)


Rappel :   Jules César impose  un calendrier mis au point par l'astronome de Cléopâtre,  Sosigène d'Alexandrie. L'année comptant  365 jours  est t divisée  en 12 mois de longueur inégale et   débute désormais  le 1er janvier. Pour réduire l'écart entre l'année calendaire et l'année solaire  ( 365 jours et ¼ ) , on ajoute un jour au calendrier une fois tous les quatre ans. Ce 366ème jour est introduit après le 24 février, SEXTO  ante calendas martii. Le 366ème jour est en donc appelé « bis sexto ante » d’où dérive «  bissextile ».


01-07: KALENDIS JULIIS ( sacrifices  habituels   du jour des Calendes)


 AUGURIUM CANARIUM

Lever de la constellation du chien, dite aussi de SIRIUS,   la Canicule (  CANIS : le chien): c'est aussi le moment où le grain arrive à maturation.


Canicule vient de Canicula, qui signifie « petite chienne », l'autre nom de l'étoile Sirius.

Elle concerne la période annuelle du 24 juillet au 24 août, où cette étoile se couche et se lève en même temps que le Soleil. Les anciens pensaient qu'il y avait un lien entre l'apparition de cette étoile et les grandes chaleurs. Pline l'Ancien écrivait :

« Quant à la Canicule, qui ignore que, se levant, elle allume l'ardeur du soleil ? Les effets de cet astre sont les plus puissants sur la terre : les mers bouillonnent (XVIII, 68) à son lever, les vins fermentent dans les celliers, les eaux stagnantes s'agitent. Les Égyptiens donnent le nom d'oryx à un animal qui, disent-ils, se tient en face de cette étoile à son lever, fixe ses regards sur elle, et l'adore, pour ainsi dire, en éternuant. Les chiens aussi sont plus exposés à la rage (VIII, 61) durant tout cet intervalle de temps ; cela n'est pas douteux. »

— Pline l'Ancien, L'Histoire naturelle, livre II, Chapitre 40-42-43

 

lien , cliquer sur 

link


A la porta Catularia ,  les Pontifes offrent un  sacrifice d’une chienne rousse .

Ce rite  aurait  deux objectifs : contrer la maladie du mildiou et assurer l’abondance  des  grains .


05-07, ANTE DIEM TERTIUM NONAS JULIAS


 POPLIFUGIA ( la fuite du peuple)   en  réponse au  REGIFUGIUM ( fuite du roi)  du 24 Février.

RAPPEL : cette fête  du REFUGIUM  a lieu un jour pair, ce qui est exceptionnel puisque les fêtes à date fixe ont lieu les jours impairs... Le REX SACRORUM célèbre au forum un sacrifice à Jupiter puis fait semblant de prendre la fuite. Ce simulacre  n'évoque pas l'exil de Tarquin le Superbe  mais  remonte à un procédé magique pour regénérer le monde (on trouve la même fuite rituelle  du chef dans certaines tribus africaines, ou , en Egypte,  la course du Pharaon qui avait lieu  tous les 25 ans à Saqqara)

On célèbre le souvenir de la retraite  du peuple  ( POPULUS , i, m : le peuple)  sur le mont AVENTIN, lors de l’entrée des GAULOIS à ROME .  On crie  des prénoms.

Cette fête a lieu au PALUS CAPRAE ( le « marécage de la chèvre » situé à un endroit qui deviendra le CHAMP DE MARS)

Texte et traduction ci-dessous , en bas de page


 Du 06-07 au 13-07, LUDI APOLLINARES


LUDUS, i, m : le jeu : Les jeux sont des spectacles  dédiées à un dieu  et qui précèdent  le  sacrifice.                                                                  

Sous la république, une soixantaine de jours sont consacrés aux jeux célébrés à date fixe et souvent lors de fêtes religieuses. Les jeux peuvent être organisés par l’Etat ou par des particuliers surveillés par l’Etat.


Les Romains célébraient  les Apollinaires, jeux  instituées en – 212 ( soit  358 ans après la fondation de Rome)  , après la bataille de Cannes pendant la seconde guerre punique, pour obtenir d'Apollon la victoire sur Hannibal.  On avait consulté les livres  du devin MARCIUS .

 «  Hostem, Romani, si expellere vultis, vomicamque, quae gentium venit longe, Apollini vovendos censeo ludos, qui quotannis comiter Apollini fiant, quum populus dederit ex publico partem, privati uti conferant pro se suisque. Iis ludis faciendis praeerit praetor is, qui jus populo plebeique dabit summum. Decemviri Graeco rite hostiis sacra faciant. Haec si recte faxitis, gaudebitis semper fietque res vestra melior; nam is Divas extinguet perduelles vestros, qui vestros campos pascunt placide[1]. »


Les livres sybillins , consultés eux aussi, livrèrent le même conseil.

Ces fêtes  devenues annuelles en -208  duraient huit jours  et  étaient célébrées au cirque Maxime. Les citoyens portaient des couronnes sur la tête .


 

CIRCUS MAXIMUS : monument colossal de 670 mètres de long et de 176 mètres de large, situé entre les monts Aventin et Capitolin, et qui contenait 16 000 spectateurs

 

cliquer ici pour le lien 

link

 

 

07-07, NONIS JULIIS: à l'Arx , le REX SACRORUM annonce les fêtes du mois .

 

Nones Caprotines consacrées à JUNON :   des servantes  et des esclaves déguisées en matrones arrivent en courant au lieu de la fête, le PALUS CAPRAE,  après avoir été chassées du temple de la déesse.

Elles se battent dans les rues de Rome à coups de poing, de fouet et se poursuivent.

Elles  fêtent Junon Caprotina, sous un  figuier et servent leurs maîtresses  Elles boivent la sève des  fruits , utilisent des branches de figuier et jettent des pierres à des chèvres          ( CAPRA : la chèvre, CAPER : le bouc). Figues et chèvres marquent la fertilité.

Cette fête fait l’objet d’une double  explication !

  1. Après que Rome eut résisté au siège gaulois du 4 ème s avant JC, quelques-uns des peuples Latins  voisins assiègèrent  la ville : ils exigèrent, en contrepartie d’une éventuelle indulgence , d’épouser des femmes romaines. Le sénat débattait lorqu’une esclave , Philotis Tutéla (  sens :  la Protectrice) prit la tête d’un groupe d’ esclaves déguisées en matrones, et sous prétexte d’un mariage  à célébrer, enivrèrent  les Latins jusqu’au sommeil . Elles dérobèrent les armes ennemies. Tutéla monta dans un figuier sauvage, un CAPROFICUS,  et agita une torche pour prévenir  les Romains Les femmes participèrent au combat et chassèrent les ennemis à coup de pierre, juchées sur des arbres. En récompenses, elles furent affranchies et reçurent de l’argent pour se marier.

«  Iunoni enim Caprotinae die illo libero pariter ancillaeque sacrificant sub arbore caprifico in memoriam benignae virtutis quae in ancillarum animis pro conservatione publicae dignitatis apparuit. (Macrobe, Saturnalia) »

Une autre explication relie cette fête à la mort de Romulus, qui, selon la croyance, disparut mystérieusement lors d’un orage, alors qu’il se trouvait au PALUS CAPRAE : il subit une « apothéose », devint un dieu     ( Janus ou Quirinus ?)  et  rejoignit la panthéon des  dieux  .

Le monument  ainsi nommé se trouvait d’ailleurs non loin de là.

 

Les prêtres sacrifiaient aussi à CONSUS ,  dieu des graines et des silos   parfois assimilé à un  Neptune primitif EQUESTRIS , dieu des eaux courantes.

 

 

15 - 07, IDIBUS JULIIS ( rites habituels )

TRANSVECTIO EQUITUM: défilé des chevaliers

 

 

 


 

cupienniusrr1046zw4-copie-1

cliquer ici pour le lien 

link

 

 

Les EQUITES , ordre des Chevaliers,  paradent  à cheval en l’honneur de CASTOR et POLLUX ; ils commémorent la Bataille du LAC REGILLUS , dans laquelle les DIOSCURES aidèrent les Romains contre les Latins.

Les Chevaliers  vêtus de toges  défilent  sur la Voie Apienne depuis le  Temple de Mars , passent  la Porte Capena , se dirigent vers le  Capitole et s’arrùetent devant le temple de Castoe et Pollx o ù ils offrent des sacrifices .

 

19-07 , ANTE DIEM QUARTUM DECIMUM KALENDAS AUGUSTAS


 LUCARIA

On reconnait le radical LUX, la  lumière .

On profite de la lune décroissante pour déboiser . CONLUCARE ( faire entrer la lumière)

La fête se déroule dans un LUCUS ,qui, avant son sens de "bois sacré", signifie "clairière, endroit lumineux" , situé au Nord  de Rome, entre la via Salaria et le Tibre.

C’est la fête des bûcherons.

21-07, ANTE DIEM DUODECIMUM KALENDAS AUGUSTAS : on retire les souches des zones déboisées

 

23-07, ANTE DIEM DECIMUM KALENDAS AUGUSTAS


NEPTUNALIA

Neptune n’était pas à l’origine pour les Romains une divinité de la mer, mais de l’humidité et des eaux douces.

Son temple s’élevait à proximité du Tibre ; le nom de sa parèdre, Salacia,  évoque le jaillissement de l’eau .

Le 23 JUILLET , Jour de la Canicule , la sécheresse est au plus fort : on cherche  la protection de Neptune, dieu des eaux courantes .

On construit des tonnelles  de feuillages frais sur les bords du Tibre,  les  UMBRAE.

On fête aussi l'anniversaire de la création de l'irrigation : c'est un 23 Juillet que le lac Albain menaçant d’inonder Rome, les oracles conseillèrent alors de canaliser son eau en la divisant en de nombreux  petits bras.


25-07   ANTE DIEM OCTAVUM KALENDAS AUGUSTAS

 FURRINALIA

Fête des eaux souterraines : on profite de cette période pour forer  des  puits . Le forage  se faisait   archaïquement sous la protection  de la déesse FURRINA  ( mot disparu signifiant peut-être   "puits").  Son culte disparaît sous la République .

Cette déesse obscure avait un LUCUS près de la VOIE APPIENNE, à l’extérieur de Rome.

Le sens du mot FURRINA s’est perdu : on l’assimile à diverses divinités locales , des eaux (d’où  le verbe FORER) , des voleurs et même aux FURIES  ( comme les MANES, les LARVES et les LEMURES , divinités liées au monde des morts)

 

En juillet le soleil entre dans la constellation de l'Écrevisse (Cancer). D'où vient ce nom :

 Les anciens disaient que l'écrevisse « marche à reculons et obliquement ». Le soleil, arrivé le 21 juin au plus haut  de sa course, commence, à partir de cette époque, à redescendre, à rétrograder, à marcher comme  à reculons : de là le nom d'Écrevisse donné à la constellation dans laquelle le soleil entrait il y a deux mille ans, vers le 21 juin .

 

 

TEXTE

VARRON, VI

 Dies Poplifugia videtur nominatus, quod eo die tumultu repente fugerit populus; non multo enim post hic dies quam decessus Gallorum ex urbe, et qui tum sub urbe populi, ut Ficuleates ac Fidenates et finitimi alii, contra nos coniurarunt. Aliquot huius diei vestigia fugae in sacris apparent, de quibus rebus Antiquitatum Libri plura referunt. Nonae Caprotinae, quod eo die in Latio Iunoni Caprotinae mulieres sacrificant et sub caprifico faciunt; e caprifico adhibent virgam. Cur hoc, toga praetexta data eis ...

18. Le jour appelé Poplifugia doit probablement aussi ce nom à une alarme qui aurait fait prendre le fuite au peuple ; car ce jour vient peu après celui où les Gaulois et d'autres peuples conjurés contre nous, tels que les Ficuléates et les Fidénates, abandonnèrent la ville. La fuite que l'on simule dans les cérémonies de ce jour semble confirmer cette origine, comme je l'ai fait voir dans mon traité des Antiquités. Nones Caprotines, jour de fête où, dans le Latium, les femmes font des sacrifices à Junon Caprotine, sous un figuier sauvage, dont elles cueillent une branche...

 

 

 

 

Publié dans Civilisation romaine

Commenter cet article