civilisation: les FLORALIES

Publié le

Du 28 avril au 3 Mai,

moment de la Floraison,  les  Romains célébraient  les FLORALIES,  ou  JEUX FLORAUX  dédiés à Flore.

 Flore est une jeune nymphe représentée  couronnée de fleurs et les mains chargées de fleurs.

 Son mari, Zéphire,   fils de l'Aurore, est un vent d’ouest,  très doux. Son nom signifie  «  qui porte la vie »   . Il est représenté  par  jeune homme avec  des ailes de papillon et une couronne de fleurs. « Il souffle sur la terre avec tant de douceur, et cependant avec tant de puissance, que son souffle rend la vie aux plantes, colore les fleurs et les fruits. »

 L’image est celle des fleurs du printemps  s’épanouissant, doucement caressées par une douce brise.

 

FLORE ET ZEPHIRE

 

Histoire des FLORALIES

Adorée en Grèce sous le nom de Colchis, cette divinité des jardins, des fleurs, du printemps,  avait déjà des autels dans la Rome naissante.  Le  roi  sabin Titus  Tatius, ami de Romulus, en aurait instauré le culte.

Du temps de Numa Pompilius , successeur de Tatius,  elle avait  ses flamines (prêtres) et ses sacrifices,

Elle avait un temple sur le Quirinal.

flore

 

Les Romains lui consacrèrent un nouveau temple et  commencèrent à célébrer les Jeux floraux (floralia) en son honneur, en l'an de Rome 513 (- 240  av JC).

 

On en suspendit  durant quelques années la célébration   mais en l'an 581 (- 173 av JC), les intempéries ayant détruit les bougeons, le sénat fit rétablir  ces jeux.

 

Déroulement

 Durant  cinq nuits,  on  pratiquait des chasses et  des  représentations dramatiques.

 Les chasses avaient lieu au  Cirque de Flore, situé hors de la ville, dans une petite vallée formée par le mont Viminal et la colline des Jardins.

On avait institué   à l’origine une danse  en l'honneur de Flore    : il s’agissait d’exprimer  la joie que causait à la jeunesse le retour du printemps.  Des jeunes filles l’exécutaient dans les rues,  sur des tapis de fleurs.

 

Ces fêtes voulaient  ainsi célébrer  les  plaisirs de la jeunesse, de la vie   : on disposait des couronnes de fleurs et des guirlandes pour  enjoliver   , les participants, dont bon nombre de femmes, souvent  des courtisanes,  portaient  des vêtements bariolés rappelant les multiples coloris des  fleurs.

On distribuait du vin et on se jetait des graines symbole de fécondité.

Les  Ludi Florales en l'honneur de Flora s'achevaient au cirque où on pouvait   assister à des  courses de lièvres et de chèvres.

Malheureusement, ces fêtes nocturnes ne conservèrent pas la retenue des origines  et les Floralies devinrent  vite libertines.

 

 

 

Les sources littéraires

Selon Lactance, le culte de la déesse Flore aurait pour origine un legs qui aurait été fait au peuple romain par une courtisane nommée Flora, à la condition qu'on célébrerait tous les ans une fête en son honneur

. Ovide, dans ses Fastes (l. V. v. 326 et suiv.) raconte  que la nymphe aurait donné une fleur à Junon,  et que ce don   l’aurait  mise enceinte de Mars. Le dieu, père de Romulus, a  alors  favorisé l’introduction de  ce  culte à Rome.

 Cicéron met Flore au nombre des mères déesses.

 

L’heritage de FLORE

 

Un célèbre tableau de Botticelli (La Naissance de Vénus)  offre une magnifique représentation de Flora dans laquelle elle habille Vénus, déesse del’amour née dans un coquillage, d’un manteau de fleurs, alors que de l’autre côté soufflent les dieux des vents.

 venus.jpg

 

****************

 Le bassin de Flore à Versailles représente le printemps: la déesse est entourée de quatre Amours.

 

bassin de flore 

 

*****************

 

Fabre d’Eglantine a appelé le huitième mois du calendrier républicain, du 21 avril au 22 mai , FLOREAL .

 

 

 

 

Publié dans Civilisation romaine

Commenter cet article